Participants

Arianne Arlotti (CH)

Les recherches artistiques d’Ariane Arlotti prennent racine dans la photographie et la vidéo. Après avoir investi les thèmes du portrait et de l’autoportrait en explorant le corps jusqu’aux limites de l’abstraction, elle réalise « Le corps politique » (2008), images non maîtrisées d’hommes et de femmes politiques. Son dernier projet, « Destination Checkpoints » (2013-2015), l’a conduite dans toute l’Europe à interroger les gens sur la thématique de l’esthétique sécuritaire et à les confronter, au moyen d’une installation vidéo mobile, aux outils de répression et aux dispositifs de contrôle et de sécurité existant en Cisjordanie.

Participation: MATZA Amboy 2015

Léopold Banchini (CH) et Daniel Zamarbide (CH)
(Bureau A)

Créé par les architectes Léopold Banchini et Daniel Zamarbide, BUREAU A est une plate-forme pluridisciplinaire visant à effacer les frontières de la recherche et de l’élaboration de projets liées à l’architecture, quel que soit leur nature ou leur statut.

BUREAU A est profondément enraciné dans la culture et l’histoire de l’architecture, entendue comme un vaste champ d’exploration liés à la construction et l’installation d’environnements spécifiques. Le bureau étend ses activités à une grande diversité de projets allant de l’architecture et du paysagisme à la scénographie, l’installation ou encore l’auto-construction.

Participation: MATZA Amboy 2016 et MATZA Aletsch 2017

Karim Ben Amor (TUN)

Karim Ben Amor est architecte à Tunis et a fondé le bureau Atelier 13. De sa passion pour la mer et la construction navale, Karim Ben Amor a gardé une fascination pour la matière qui l’installe dans un univers où la manipulation de la texture et des formes le fait accéder à une compréhension de l’espace et de ses articulations. Pour lui, le mélange des intelligences technologiques et théoriques peuvent donner des produits fortement contemporains.

Participation: MATZA Kerkennah 2017

Tom Bogaert (BEL)

Dans une autre vie, Tom Bogaert était juriste au sein d’Amnesty International et de l’ONU. En 2004, il a quitté le monde du droit international et s’est installé comme artiste visuel à New York. L’artiste expose régulièrement en Europe, aux Etats-Unis et au Moyen Orient. Depuis 2012, Tom Bogaert vit et travaille à Genève, où il se concentre sur des projets artistiques au Moyen Orient.

Participation: MATZA Kerkennah 2017

Maxime Bondu (FRA)

Maxime Bondu, né en 1985, vit et travaille à Gaillard près de Genève. Après des études en Histoire de l’Art et archéologie à l’université de Marne-la-Vallée (FR), il est diplômé en 2009 de l’Ecole Supérieure d’Art de Brest. Son travail, porté par les notions d’information, de spéculation et de probabilité s’accompagne d’une dimension collaborative et curatoriale. Cofondateur de Monstrare, il mène depuis 2012, le Monstrare Camp, une expérience communautaire au sein d’un domaine troglodytique de 30 000 m2 à Dampierre sur Loire (FR). Depuis 2015 il développe Bermuda, un site d’ateliers d’artistes mutualisés à la frontière franco-suisse. Maxime Bondu est représenté par la Galerie Jérôme Poggi à Paris.

Participation: MATZA Amboy 2016, MATZA Kerkennah 2017 et MATZA Aletsch 2017

Frédéric Choffat (CH)

Réalisateur de films de fictions et documentaires, Frédéric Choffat questionne depuis longtemps la problématique de la migration ou de l’identité. Ces questions sont abordées au fil de ses oeuvres, tant photographiques, dans les camps de réfugiés bosniaques en Croatie en 1993, qu’en court-métrage A Nedjad (Pardino de oro, Locarno 1998) ou long-métrages, La Vraie Vie est Ailleurs (1996), Mangrove (2012), tous deux plusieurs fois primés, ou encore sur scène avec Julie Gilbert, Outrages Ordinaires (2011-2012), qui mêle théâtre et cinéma, relatant crûment le destin tragique des migrants jetés sur toutes les routes de l’exil. Il réalise en 2015 un documentaire pour la télévision, Terminus Brig qui reçoit en février 2016 au Ministère des affaires étrangères à Paris le Prix Louise Weiss de l’Association des Journalistes Européens. En mars 2016, il présente son nouveau documentaire, Non-Assistance, en première mondiale au Festival du Film et Forum International des Droits Humains.

Participation: MATZA Amboy 2016

Gaël GRIVET (CH–FR)

Artiste plasticien, né en 1978 à Versailles (F), vit et travaille à Genève (CH).

Formé à l’École des Beaux-Arts de Quimper, il obtient le diplôme post-grade Art-Lieu-Paysage à la Haute école d’art et de design – Genève. Les dispositifs de Gaël Grivet renvoient à un mode de production de l’image ante litteram, ils constituent la matière d’une narration formée de collages et de télescopages fertiles. Ces dernières années son travail a été montré au Centre d’art contemporain de Genève, aux Swiss Art Awards de Bâle, au Salon de Montrouge, au Palais de Tokyo et à la Villa du Parc d’Annemasse.

Il mène actuellement un projet de construction d’ateliers d’artistes mutualisés en périphérie genevoise, intitulé Bermuda.

Participation: MATZA Aletsch 2017

Wissem El Abed (TUN)

Wissem El-Abed est artiste plasticien et titulaire d’un doctorat en arts plastiques et sciences de l’art à la Sorbonne. Sa pratique artistique atteste la capacité de l’art à assurer la médiation entre les imaginaires et absorber les violences et les paradoxes du monde actuel. Il a à son actif une série d’expositions personnelles et collectives et a participé à diverses reprises à des foires internationales d’art contemporain.

Participation: MATZA Kerkennah 2017

Laurence Favre (CH)

Le travail de Laurence Favre s’inscrit dans les problématiques contemporaines liées à l’identité, au rapport des individus à leur environnement et la construction de la mémoire collective. Elle les explore à travers le film, la photographie et les mots, inspirée par les personnes et les environnements qu’elle rencontre. La porosité de la frontière entre « fiction » et « réalité » occupe une place centrale dans son approche de la fabrication d’images, comme terrain de jeu pour l’exploration de l’expérience humaine et de la vie sociale, à la fois critique et poétique.

Participation: MATZA Aletsch 2016

Moufida Fedhila (TUN))

Moufida Fedhila est une plasticienne tunisienne, réalisatrice et productrice. Son travail a été présenté au sein de nombreuses expositions personnelles et collectives à travers le monde. Ses œuvres font partie de plusieurs collections privées et publiques. Moufida Fedhila sortira son prochain film « AYA » en 2017, un drame inspiré de fait réel. Elle vit et travaille entre Paris et Tunis.

Participation: MATZA Kerkennah 2017

Katharina Hohmann (CH)

Katharina Hohmann, née en Suisse, enfance en Italie, études aux Beaux-Arts de Berlin en peinture, sculpture et installation. Elle travaille comme artiste et curatrice en divers projets et constellations aussi interdisciplinaires. Dans sa pratique d’artiste, elle est concernée avec des installations temporaires dans des éspaces soit publiques soit institutionnels, qu’elle transforme avec des interventions subtiles, souvent en utilisant le moyen de la simulation du réel. Ses installations sont toujours liées aux lieux des interventions et à la recherche conduite – concernant l’histoire et les circonstances politiques et sociaux des lieux en question. Elle a publié un grand nombre de livres, notamment avec NGBK Berlin, les maisons d’édition Merve ou Revolver Publishing, Berlin, ou récemment Les Presses du Réel en co-édition avec la HEAD – Genève. Depuis 2007 elle est la professeure responsable de l’option Construction, art et espaces, de la HEAD – Genève.

Participation: MATZA Amboy 2017

Mouna Karray (TUN)

Mouna Karray est artiste photographe tunisienne. Depuis

plus de 10 ans, elle mène un travail lié à des questions personnelles et identitaires. Parcourant son pays après la révolution, elle s’attache à «faire parler» lieux et objets du quotidien. L’artiste cherche à restaurer, au-delà des apparences et des déterminations, la complexité des espaces (domestiques ou urbains, intimes ou publics) qu’elle rencontre.

Participation: MATZA Kerkennah 2017

Valentin Kunik et Guillaume de Morsier – Kunik de Morsier Architectes (CH)

Le bureau Kunik de Morsier Architectes est fondé à Lausanne en 2010 par Valentin Kunik et Guillaume de Morsier. Réunis autour de leur intérêt commun pour une architecture critique et engagée, ils travaillent aussi bien sur des problématiques urbaines que sur des questions concernant la rénovation et l’adaptation de bâtiments ou encore la planification programmatique. Leur approche de l’architecture et de l’urbanisme est ouverte et multiple. Elle ne se borne à aucun champ. Tout espace devient sujet à manifestes, toute construction prend un rôle crucial.

Participation: MATZA Amboy 2015 et MATZA Aletsch 2016

Mick LORUSSO (USA)

Mick Lorusso is a cross-disciplinary artist who interweaves musings on molecules, cells, societies, and environments. He creates images, cabinets of curiosity and interactions to address questions about energy, water, climate, and health. He has participated in urban ecology collaborations in Mexico City and as a resident in various interdisciplinary art programs.

Participation: MATZA Aletsch 2017

Thierry Maeder (CH)

Thierry Maeder est doctorant en aménagement du territoire et urbanisme à l’Université de Genève. Ses travaux portent sur la géographie des politiques culturelles. Il a publié en 2015 une étude sur le futur pôle muséal de Lausanne et les enjeux urbains des grands équipements culturels. Ses recherches doctorales analysent les transformations de la commande artistique publique ; ainsi que son articulation avec les politiques d’aménagement et de la production de l’espace public. Par ailleurs, Thierry Maeder a travaillé pour le Fonds municipal d’art contemporain de la ville de Genève, et collabore régulièrement avec un bureau d’architecture et d’urbanisme privé.

Participation: MATZA Amboy 2017

Jérôme Massard (CH)

Artiste, Jérome Massard est également curateur, activiste culturel, graphiste et formateur d’adultes. Diplômé en études critiques (CCC) de l’Ecole supérieure d’arts visuels de Genève, il travaille sur le statut de la scène indépendante genevoise. Il est président du comité de Forde – espace d’art contemporain depuis 2006 et de l’association Vélodrome – Centre artistique et artisanal autogéré entre 2010 et 2015. Comme membre du groupe d’artistes KLAT, il participe à de nombreuses expositions et ouvre plusieurs lieux d’art à Genève dont Shark puis le Broom Social Club. Jérome Massard est également un des coordinateurs de BIG.

Participation: MATZA Amboy 2015

Jane C. MI (USA)

Trained as an ocean engineer and an artist, Jane Chang Mi considers land politics and postcolonial ecologies. Exploring the traditions and narratives associated with environment through her interdisciplinary and research-based work. Mi aims to express our contemporary relationship to nature and each other.

Participation: MATZA Aletsch 2017

Emmanuel Mottu (CH)

Artiste, graveur, Emmanuel Mottu définit sa pratique artistique ainsi: transformer la merde en or et inversément. Absorber des images, faire apparaître leur ossature pour en extraire leur part d’ombre. Ouvrir une piste entre l’inconscient et la réalité. Rapatrier l’invisible dans le monde existant.

Activiste culturel et membre de l’épicerie de l’agonie à Genève, il travaille autour de la réappropriation de l’espace: maisons occupées, bars clandestins, cité des bars. Emmanuel Mottu est également responsable technique et coordinateur de l’équipe du centre genevois de la gravure.

Participation: MATZA Aletsch 2016

Laurence Piaget (CH)

Laurence Piaget-Dubuis est artiste, graphiste-designer et photographe valaisanne. Elle utilise les arts visuels pour exprimer des réalités invisibles, créer du sens et susciter des émotions dans une tension de convergence entre recherche esthétique et éthique. Elle conte en images des parcelles d’histoires qui sont des allégories permettant d’en raconter une plus grande : celle de l’Humanité. Son terreau d’expérimentation est les enjeux contemporains comme miroir de la société et du rapport de l’homme envers son environnement. Dans une époque en transformation et convaincue que la culture permet d’accroître la vigilance, de renforcer la démocratie et d’affûter les consciences, l’artiste s’engage pour une transition portée vers un futur durable et positif.

Participation: MATZA Aletsch 2016

Nathalie Rodach (CH-FRA)

Artiste plasticienne autodidacte, Nathalie Rodach raconte des histoires, tisse des liens entre le spirituel, l’organique et le trivial. Par les matériaux auxquels elle recourt, le fil, la branche d’arbre, elle explore des chemins de vie, brode les interrogations des individus, entremêlant une réflexion sur la mémoire à une exploration de la notion d’identité.

Participation: MATZA Kerkennah 2017

Delphine Renault (FRA)

Née en 1984 à Paris, Delphine Renault est diplômée des Beaux arts de Lyon, de Rennes et de la HEAD de Genève. Sa pratique est avant tout liée à l’espace, sa représentation et sa perception. Elle réalise des installations in-situ, à l’échelle du corps, qui proposent une lecture d’éléments préexistants à l’architecture du lieu et/ou rapportés. Elle s’inspire des différents codes de fabrique de paysage pour penser un parcours, rythmé par des temps de contemplation et de déambulation, où le visiteur prend les rôles de repère spatial et d’activateur de décor.

Participation: MATZA Amboy 2016 et MATZA Aletsch 2017

Mathias Solenthaler (CH)

Après des études en sciences politiques, Matthias Solenthaler s’investit dans la réalisation de films documentaires et le montage de lieux culturels dédiés à la musique. A travers ses projets, il questionne la place de la culture et des artistes dans la production de la ville. Son intérêt pour l’urbanisme et la politique de la Ville le pousse en 2013 à entamer une formation post-grade en urbanisme durable (MAS). Il travaille actuellement à son mémoire de diplôme et souhaite consacrer ces prochaines années à la pratique d’un urbanisme critique, durable et citoyen.

Participation: MATZA Amboy 2016

Laurent Tixador (FR)

Laurent Tixador est né à Colmar, il vit et travaille actuellement à Nantes. Depuis 2001, Laurent Tixador participe régulièrement à des expositions monographiques et collectives, en France et à l’étranger. En 2013, il est lauréat du Prix COAL Art et Environnement.

Laurent Tixador se distingue par des actions ou il se met à l’épreuve de situations aussi extrêmes que décalées.

Participation: MATZA Aletsch 2017

Alexia Turlin (CH)

Alexia Turlin se présente comme une agence artistique « cross-over « nommée Milkshake agency. Son activité artistique prend des formes très diverses et implique des usages pluriels. Elle réalise des peintures murales, des aménagements de mobilier et de jardin, des sculptures ludiques et utilitaires, des vidéos et des imprimés diffusés dans de nombreux réseaux.

Participation: MATZA Aletsch 2017

Marie Velardi (CH)

La pratique artistique de Marie Velardi est multiforme – installations in situ, dessins, vidéos, bandes sonores, textes – mais suit un fil conducteur: la relation aux différentes temporalités.

Les projections dans le temps sont un moyen pour elle de relier présent, passé, et avenir, et de questionner l’état de la Terre aujourd’hui. Par des réalisations, collaborations et recherches, Marie Velardi tente de mettre en forme(s) une mémoire de l’avenir.

Participation: MATZA Amboy 2015 et MATZA Aletsch 2016

Sabine Zaalene (CH)

Sabine Zaalene, artiste suisse, a aussi pour bagage une formation universitaire en archéologie et en histoire de l’art. Sa recherche en cours intitulée «Actuelles Antiques» est soutenue par la bourse ArtPro du Canton du Valais. Elle aime explorer les contextes historiques et actuels. Plusieurs de ses travaux sont en lien avec l’Afrique de l’ouest et l’Algérie. Vieille branche, son premier récit, édité chez art&fiction, à Lausanne, dialogue avec l’Algérie.

Participation: MATZA Kerkennah 2017 et MATZA Aletsch 2017